L’amour fort comme la mort

Juif et Israélien, André Chouraqui est connu dans le monde entier pour ses ouvrages historiques et juridiques, ses essais, sa traduction de la Bible, qui est sacrée par Malraux comme « une grandiose aventure de l’esprit ».

Il évoque dans ce livre admirable – L’amour fort comme la mort – son enfance en Algérie, sa vie d’étudiant à Paris ; sa révolte contre les horreurs nazies, ses combats de résistant ainsi que son départ pour Jérusalem, son engagement dans l’aventure israélienne et sa lutte incessante pour la paix…

Bâtisseur de ponts entre les juifs, les musulmans et les chrétiens, apôtre de la réconciliation d’Israël et des Eglises, André Chouraqui, qui a rencontré tous les papes depuis Pie XII, nous délivre un formidable message d’amour et d’espoir.

L’auteur

Nathan André Chouraqu1, né le 11 août 1917 à Aïn Témouchent, en Algérie, et mort le 9 juillet 2007 à Jérusalem, est un avocat, écrivain, penseur et homme politique israélien, connu pour sa traduction de la Bible, dont la publication, à partir des années 1970, donne un ton différent à sa lecture. Il a passé son enfance en Algérie, où il a notamment étudié la Torah avec son rabbin. Il a ensuite fait des études en France, où il rejoint la Résistance. Il fait partie du Réseau Garel (Lyon, 1942-1944).

André Chouraqui fut avocat au barreau d’Oran (1940-1941), puis juge dans le ressort de la cour d’appel à Alger (1945-1947). Il est promu, en 1948, docteur en droit international public à l’Université de ParisEn 1958, André Chouraqui s’installe en Israël et, en 1965, est élu vice-maire de Jérusalem. En 1967, il est, avec Jean Daniélou, à l’initiative de la création de l’association Fraternité d’Abraham, qui promeut le dialogue interreligieux.

En 1987, paraît chez Desclée De Brouwer sa traduction de la Bible à partir de la Bible dite massorétique, d’abord publiée par volumes à partir des années 1970. Marc Leboucher, qui fut le premier à éditer ce texte en France estime qu’André Chouraqui a adopté dans son travail « un parti pris révolutionnaire, qui a permis de redécouvrir des textes que l’on croyait usés » et qu’« il a surtout mis en lumière l’importance des racines juives du christianisme et rappelé que Jésus appartenait au peuple juif. » En 1990, il publie une traduction du Coran. Secrétaire général adjoint de l’Alliance israélite universelle (1947-1953), André Chouraqui en deviendra le délégué permanent, sous la présidence de René Cassin (1887/1976). Il fut également président de l’Alliance française de Jérusalem. Il était membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

En février 1990, est publié L’Amour fort comme la Mort, autobiographie d’André Chouraqui qui sera ultra-médiatisée et se vendra immédiatement à plus de 100 000 exemplaires. La même année il publie chez le même éditeur sa traduction du Coran (texte et commentaires) et rencontre le Dalaï Lama.

Un commentaire sur “L’amour fort comme la mort

Ajouter un commentaire

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :