Déni

Comment ne pas être triste, comment ne pas réagir, ne pas crier sa douleur, son désarroi ? Peu de mots devant l’horreur.

Et surtout comment ne pas faire le parallèle entre ce qu’il se passe aujourd’hui et la 2ème guerre mondiale ?

En 1934, on entendait : « Ce sont des juifs, ils ont de l’argent, ils peuvent s’en sortir, qu’ils restent chez eux et se battent au lieu de fuir, ce n’est pas notre guerre, chassons-les avant que les allemands ne viennent chez nous ». En 2016, on entend : « Ce sont des musulmans, ils ont des téléphones portables hors de prix, ils peuvent donc s’en sortir, qu’ils restent chez eux et se battent au lieu de fuir, chassons-les avant que les islamistes ne viennent chez nous ».

Et que ferons-nous, que dirons-nous lorsque l’on parlera de génocide dans quelques années ? Comment ferons-nous pour regarder nos enfants, leurs enfants dans les yeux ? Comment oserons-nous dire que nous ne savions pas alors que les technologies de communication, de transmission de l’information sont pratiquement à leur apogée ? Comment osons-nous laisser l’histoire se répéter…

Claudia Rizet-Blancher

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :