Troubles dys, autisme et handicap à l’étranger: témoignage

Si certains parents racontent les difficultés vécues en expatriation dans l’accompagnement médical des enfants, d’autres reconnaissent les bienfaits de la vie à l’étranger, depuis les effectifs de classe réduits jusqu’à la disponibilité des enseignants.

Le syndrome de votre fils a-t-il posé des difficultés dans votre expatriation ? Si oui, de quel ordre ?

Loulou a la caractérologie Asperger dont une des particularités je dirais est de ne pas aimer le changement. En fait, cela a au contraire contribué à l’aider à s’ouvrir. Formée à la pédagogie Montessori pour les tous petits, je suis sensible à l’attachement des enfants à leur environnement proche. Je me suis donc organisée pour qu’il ait sous les yeux au cours de son apprentissage visuel toujours les mêmes objets (Il a pris son premier avion à 3 mois et son premier long courrier à 9 !). Ensuite, tout est une question d’organisation. J’ai appris à tout mettre en place en deux jours dans un logement, ses affaires personnelles emballées dans de nombreuses valises nous ont toujours suivies en bagages non accompagnés, son oreiller, ses legos et ses doudous nous ont suivis partout ! Quant au voyage même, nous avons toujours opté pour les lounges dans les aéroports, bien plus calme et tranquille que les grandes salles d’attentes et quand cela était possible voyage en business ou en premium. Cela a un coût mais sa tranquillité était une priorité.

Qu’avez-vous choisi pour sa scolarité ?

L’instruction en famille, très rapidement. Jusqu’à ses 8 ans, un accompagnement bilingue avec la pédagogie Montessori. Puis le CNED avec d’abord une enseignante spécialisée australienne vivant en Nouvelle-Calédonie. Depuis cette année, comme il suit toujours le cursus australien, nous avons décidé, avec une nouvelle enseignante spécialisée, de lui faire réviser entièrement le cycle primaire français en cours privé. Ses activités péri-scolaires lui permettent de rencontrer d’autres enfants.

Comment avez-vous aménagé le quotidien avec votre enfant dans un nouveau contexte ?

Rapidement ! (Rires). Je suis passée maître dans l’art de tout réaménager en moins de 48 heures. Deux jours où je ne dors pas beaucoup lorsque nous nous installons dans un nouveau logement. Ensuite, où que l’on soit, son agenda a toujours été organisé de la même façon donc rien ne change beaucoup pour lui. Il est totalement bilingue français/anglais donc cela l’aide beaucoup à s’adapter et le rassure. Et puis j’ai ma botte secrète : Google Map. Génial pour lui faire visiter sa nouvelle résidence avant de partir et sur place. Il connaît ainsi le centre de Brisbane par cœur aujourd’hui et se repère très bien à Nouméa et Toulouse, deux villes où il a l’habitude de séjourner. J’ai rapidement compris également que si moi la maman j’étais organisée et sereine, tout se passait bien. Je sais que mon mari a toujours apprécié de savoir qu’il pouvait compter sur moi dans chacune de nos expatriations. Ce qui a eu également un fort impact sur l’ambiance à la maison et pendant les voyages. Quant à lui, il s’est très tôt organisé pour ne pas perdre de vue ses copains, ses cousins avec les jeux en ligne et skype.

Avez-vous pu trouver des informations et conseils auprès d’institutions (consulat, autre) ou auprès d’associations dans votre pays d’expatriation sur la prise en charge éducative, médicale ?

Non. Rien n’existe auprès des institutions ni prise en charge éducative, ni médicale. En tout cas pas à ma connaissance. Loulou a 11 ans aujourd’hui. Cela fait seulement 2/3 ans que les institutions françaises commencent à se préoccuper des enfants autistes, que les médias en parlent même si je déplore que l’autisme soit présentée comme une maladie… Il y a tout à faire. En revanche, j’ai eu de la chance car nous avons, notamment dans le domaine de l’enseignement, rencontré des personnes compatissantes et ouvertes. J’ai été d’ailleurs bluffée à Brisbane par le professionnalisme et la grande connaissance des pédagogies alternatives de l’ensemble du personnel du ministère de l’éducation. En Nouvelle-Calédonie également le personnel est un bon soutien et a de bonnes connaissances. En France, ce fut différent. En fait cela dépend vraiment de la région et de l’inspection. En Suisse, l’école est obligatoire seulement à partir de 6 ans, j’avais un accompagnement mensuel pour suivre le développement cognitif de Loulou (Nous y sommes restés de ses 9 mois à ses 3 ans). Côté médical, il y a 10 ans de cela c’était l’omerta, d’autant plus que rapidement il a été avéré que sa caractérologie autistique avait été aggravé par le vaccin de l’hépatite B qu’il avait reçu à la naissance (Loulou est né à Brisbane et étant originaire d’une île du Pacifique, il nous a été fortement conseillé de le faire vacciner alors que nous étions contre). Il est soigné avec l’homéopathie. Difficile d’en trouver en Australie donc à chaque fois que nous y sommes allés, je faisais le plein avant de partir et transmettais mes shoppings lists homéo aux amis et à la famille qui venaient en visite. Depuis, nous avons découvert le centre du Dr Atwood à Brisbane et bien d’autres accompagnements un peu partout dans le Monde. Internet, les groupes de discussion de parents voyageurs et de parents d’enfants autistes ont été un véritable soutien et une mine d’informations. On devient vite débrouillard quand on est expat.

Quels seraient vos conseils aux parents d’élèves à besoins éducatifs particuliers sur le point de s’expatrier ou déjà en expatriation ?

N’ayez pas peur d’en parler autour de vous, de prévenir et de bien vous organiser surtout pour votre enfant, partez avec la trousse à pharmacie complète qui lui convient, servez-vous des outils internet et surtout faites-lui confiance. Tous les ans, Loulou nous demande : « On repart quand et pour où ? ». (sourire).

Pour lire les autres témoignages : https://lepetitjournal.com/expat-pratique/famille/troubles-dys-autisme-et-handicap-letranger-des-parents-temoignent-228965

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :